À propos de SQLPAC

SQLPAC ?

Bien que le domaine du site soit un .com, SQLPAC n'est pas une société commerciale et n'a aucun but lucratif. Rien à vendre, ni de consulting. Derrière SQLPAC se cachent des passioné(e)s de technique qui souhaitent partager leurs connaissances et retours d'expériences du terrain.

SQLPAC est l'acronyme d'un "slogan" : SQL Pour Administrateurs & Concepteurs. Mais pas que...

Né en 2003, le site SQLPAC a été initialement construit pour rassembler des aides mémoires (utilisation de commandes, guides pratiques...) et au fil du temps, des articles et tutoriaux sont publiés autour des produits de 4 éditeurs de bases de données.

SQLPAC est d'abord un site francophone pour francophones, car il ne faut pas oublier les lecteurs qui peuvent éprouver des difficultés en anglais. Des articles, tutoriaux, boîtes à outils et retours d'expérience autour des systèmes de bases de données transactionnels et décisionnels y sont proposés. Le périmètre s'étend de l'administration à l'optimisation et au tuning en passant par la maintenance, la réplication et la haute disponibilité.

Quelques articles sont traduits en anglais. La mesure d'audience avec Google Analytics gouverne le choix de traduire un article. Toute aide est la bienvenue, car il est très difficile de traduire un article quand on n'est pas anglophone ou bilingue avec le souvenir d'un collègue anglais qui avait dit très franchement et ouvertement : "vos mails en anglais, c'est tout sauf de l'anglais...".

De nombreux articles dans SQLPAC sont le résultat d'une participation active avec les éditeurs aux phases beta de quelques produits innovants et répondant à des besoins métiers forts qui se faisaient de plus en plus pressants :

  1. 2005 Sybase Real Time Data Services for IBM MQ Series
    La communication en temps réel entre les bases de données et les bus de messages est abordée et implémentée avec le composant Sybase RTDS for IBM MQ Series.
  2. 2008 Sybase IQ
    Sybase IQ entre dans le portefeuille des études. Il s'agissait du moteur de stockage en colonnes le plus avancé de l'époque. Ce moteur a changé la vision des choses sur le reporting et l'interrogation de données sur un volume de données qui explosait.
  3. 2010 Sybase Real Time Loading for IQ
    Réplication en temps réel avec Sybase Replication Server vers Sybase IQ.

Du SQL, mais pas que...

Les langages, systèmes d'exploitation...

logo PHPlogo Pythonlogo R logo OpenLDAPlogo Tux Linux

Une base de données est conçue pour être interrogée efficacement et est installée sur un système d'exploitation, c'est pourquoi des sujets connexes aux moteurs de bases de données sont également proposés, sujets qui abordent des notions sur les systèmes (Unix, Linux...), le développement avec les clients (PHP, Python, C#...) ou des technologies transverses (annuaires LDAP pour l'authentification...). Comprendre les couches clientes des bases de données et les utiliser efficacement est souvent sous estimée.

Google

Logo GoogleLogo Google Analytics

Google est devenu avec le temps un sujet fétiche de SQLPAC également. Google n'est pas un moteur de base de données en soi mais ses technologies innovantes et performantes utilisées dans SQLPAC méritent de s'y attarder au détour de quelques articles (optimisation du référencement, de l'indexation, Google Analytics, moteurs de recherche Google personnalisés...).

La conception

Logo GIMPLogo HTMLLogo CSS Logo JavascriptLogo Apache

Plus incongrus au milieu de SQLPAC, sont aussi publiés des articles sur le traitement d'images avec GIMP, le développement en HTML, Javascript et CSS, ou encore l'administration d'un serveur HTTP Apache. La publication de ces thèmes concerne souvent directement le développement du site SQLPAC et sert essentiellement de tutoriel et d'aide mémoire (ce n'est pas tous les jours qu'une couleur d'arrière plan est retirée d'une image avec GIMP pour un administrateur de bases de données). Si ça peut également servir à un plus grand nombre, alors tant mieux.

La suite ? Feuille de route

Depuis le rachat de Sybase par SAP en 2009 et de MySQL par Oracle en 2010, ces deux moteurs ne seront plus activement suivis. Les motifs ne sont pas l'objet de cette page, mais grosso modo, trop d'options sont devenues ou sont encore payantes, et souvent en fonction de nombre de cores. Ici c'est l'opinion de l'auteur, mais par exemple l'option d'authentification intégrée avec LDAP/Microsoft Active Directory encore payante à la CPU en 2019, cette option devrait être native depuis bien longtemps, les développements sont amortis depuis une donne décennie maintenant. Et que dire de l'option de "backup online" de MySQL qui est sous licence dans la politique d'Oracle ? Sans commentaires... D'ailleurs l'évolution technologique de MySQL est plutôt moribond depuis le rachat par Oracle, les nouveautés de la version MySQL 8.0 qui pouvait présager de beaucoup de nouveautés compte tenu du grand saut de version (5.7 8.0) sont décevantes et n'ont absolument rien à envier aux nouveautés introduites par MariaDB, le fork de MySQL après le rachat par Oracle.

C'est avec déception que Sybase IQ et Sybase Replication Server seront progressivement délaissés. Sybase IQ est une pépite technologique avec ses indexes spécifiques et sa capacité à fournir des résultats analytiques avec des temps formidables sans devoir matérialiser des cubes OLAP ou construire des datamarts coûteux en ressources techniques et humaines, cependant SAP Sybase IQ est totalement éclipsé par SAP HANA dans la stratégie et le portefeuille de produits de SAP. Son futur est incertain et SAP ne semble l'envisager que comme un entrepôt d'historique pour SAP HANA.

La feuille de route actuelle et les sujets en cours ou en préparation, les voici résumés avec des vignettes, ce sera bien plus rapide qu'un long discours, vignettes dans lesquelles le SQL et le NoSQL se mélangent intimement très volontairement :

Nos convictions : bien souvent sur les réseaux sociaux, les bases de données relationnelles historiques et le langage SQL sont désormais qualifiés de "old school" par rapport aux technologies BigData émergentes, plus adaptées bien évidemment pour les explosions de volume. Cette perception rappelle très étrangement les mêmes commentaires que l'on a pu lire ou entendre lorsque les langages orientés objet sont apparus, ou plus anciennement lorsque les nouvelles technologies client/serveur sont arrivées au milieu des gros systèmes (COBOL, IBM...). Les deux écosystèmes, bases de données relationnelles et BigData, ne doivent surtout pas être cloisonnés sur le plan technique et des compétences car ils se complètent et doivent communiquer et interagir ensemble, en temps réel dans la mesure du possible. C'est déjà le cas par exemple de MariaDB Server capable de communiquer en temps réel avec le système de messages Kafka, de Microsoft SQL Server avec Hadoop depuis la version 2016, de la fonctionnalité de réplication en temps réel de SAP Sybase Replication Server vers Hive, et bien d'autres...

Avec ces convictions, analysons désormais comment les écosystèmes SGBD relationnels et BigData sont capables de communiquer et travailler ensemble. Ne les percevons pas comme des systèmes antinomiques.